Autonomie vibratoire

Par soi-même…

Appelons-le Robert… et dans ce Robert, j’y mets trois personnes que j’accueille en leçon individuelle : un médecin généraliste, une secrétaire médicale et un médecin psychiatre. Leur point commun : la peur, la peur de l’autre, d’être dans un bus ou un train où la place est restreinte, et le fait d’être encore plus sollicités depuis plus d’un an… La peur et la perte de la joie ”enfantine”, de la joie de s’émerveiller, l’humeur morose dès que la pluie tombe.
Robert arrive un peu tendu, s’excuse presque d’être là ; mais tellement content d’enlever son masque pour ce moment de thérapie respiratoire. Besoin de parler, de partager un peu le quotidien professionnel. Partager ce qu’il fait quasi chaque jour pour ”mieux se sentir”… dégager du temps pour soi, pour mieux être avec les autres.
Et pourtant, un seul exercice mêlant gestuelle énergétique et respiration lui suffira, en moins d’une minute, à trouver ce même état, sourire aux lèvres et regard émerveillé. Et il pourra continuer à le pratiquer seul.

Vibrations ➚ ⟹ Peurs ➘

Nous pouvons élever NOUS-MÊME nos vibrations, chaque jour…  et c’est à la portée de chacun de nous… pour autant que nous le voulions et que cela soit fait avec conscience, nous pouvons augmenter nos vibrations afin de se sentir mieux.
En effet, toute peur, crainte, colère, émotion négative, etc. a le pouvoir de faire baisser nos propres vibrations… alors que la personne pour qui nous avons de la colère, par exemple, n’en sera peut-être même pas impactée.
Des vibrations basses ouvrent les portes pour toutes infections, ”virus”, symptômes, dépression, mal-être.

Comment ?

Exprimer sa gratitude (pas juste la jouer 😉, mais la ressentir 🌹)
Se connecter à la nature, aux animaux, ballades en forêt ou au bord d’eau non stagnante
Respirer en favorisant l’expiration (dans le bassin), le relâchement tout en redonnant de l’amplitude au diaphragme respiratoire.
Vivre les respirations et soins énergétiques stimulant l’axe hypothalamus-hypophysaire – comme l’Harmonie Nervine par exemple, qui agit également sur la glande pinéale.
Faire des exercices permettant de fluidifier les humeurs autours de la glande pinéale et favoriser les mouvements du liquide céphalo-rachidiens (chants / exercices vibratoires avec respiration dirigée).
Sans omettre l’importance de l’alimentation vivante, l’alimentation lumière, car le corps se créer et se renouvelle à partir de ce que l’on mange… mais ce sujet ne rentre pas dans le cadre de cet article 😉.
Donc, dès le matin, on s’y met : reconnaissance d’une nouvelle journée, de pouvoir voir la lumière, de pouvoir faire quelques mouvements d’étirements et tapotements du visage (comme le tout simple exercice p.16 de mon livre), de pouvoir sentir le goût de l’eau… si, si…

Dans ce temps de transition que nous vivons sur terre – même si la conscience que chacun en a est personnelle -, il y a des informations que nous nous devons de transmettre. Comme celle-ci donnée par Michel Dogna.
Le médicament est prescrit par certains médecins, ce que la nature fournit est à la portée d’un plus grand nombre, nos propres facultés de recevoir / transmettre les fréquences énergétiques se travaille et la gratitude est l’affaire de chacun. Accueillir le sourire spontané d’un bébé, joie réelle. Chaleur du cœur.